Résolution de Vienne (1-2 juin 2016) : Lutte contre les VEO, on avance

Publié le 3 Juin 2016

 

**Breaking News**

 

Les 1 et 2 Juin 2016, vient de se tenir la Conférence internationale de Vienne, consacrée à la lutte contre les châtiments corporels envers la petite enfance. Nouvelle importante! La France vient de signer la Résolution de cette conférence de Vienne. Cette dernière engage la France à tout faire pour éradiquer les châtiments corporels. Si on va plus loin, cela passe par une loi, par la prévention, par la formation des (futurs) parents, par des moyens débloqués. C'est Laurence Rossignol qui a signé.

 

 

Dans la lutte contre les châtiments corporels et VEO (Violences Educatives Ordinaires) on avance. A pas de fourmis. Mais on avance. "Reconnaissant que le droit à une vie exempte de violence est dévolue à tous les êtres humains" annonce le préambule. La partie sur les engagements auxquels s'engage la France est réellement porteuse d'espoir.

 

Je vous mets le document officiel en pdf. Il est en anglais pour l'instant. Je ne suis pas sûre d'avoir le temps (ni les compétences) pour le traduire. Mais si une âme charitable et engagée veut s'en charger, je prends. ;-)

 

N'hésitez pas à me rejoindre sur Facebook, Twitter, et Instagram.

Résolution de Vienne (1-2 juin 2016) : Lutte contre les VEO, on avance

Rédigé par Maman Chameau

Publié dans #StopVEO, #Bienveillance - ENV

Commenter cet article

Yanick Toutain 15/06/2016 12:39

La résolution finale (traduite par Google) est largement en RETRAIT de la loi française (5 ans de prison pour PARENTS usant de violences légères)
+++++++++++++++
1. Condamner toutes les violences contre les enfants, y compris tous les châtiments violents, comme incompatible avec la dignité et valeur de la personne humaine, 2. Bienvenue au mouvement mondial accélération vers l' interdiction légale de tous les châtiments corporels des enfants dans tous les contextes de leur vie, et d' apprécier l'adoption par un nombre croissant d'Etats de la Constitution et d' autres cadres juridiques qui confirment clairement le droit à une éducation de tous les enfants de châtiments corporels, 3. Notez que plus de la moitié des Etats membres de l' ONU ont par Juin 2016 , soit interdit à tous les châtiments corporels (49 états) ou clairement engagés à le faire (54 autres états), 4. Déclare que l' interdiction légale des châtiments corporels des enfants est un fondement essentiel pour changer les normes sociales qui acceptent ou tolèrent cette violence et pour la promotion de relations positives et non violentes avec les enfants, 5. Insister la valeur des données de référence et des enquêtes successives pour mesurer les changements dans la prévalence de la violence la punition et les attitudes sociales envers l'éducation des enfants, comme l'a démontré par des études successives Autriche, la Suède, la Finlande, la Pologne, le Costa Rica et d' autres pays, 6. Se félicitent de l'évidence croissante de la recherche de l'impact positif de l' interdiction des châtiments corporels dans la réduction la violence et mettre l' accent sur ​​l'absence de preuve d'un effet néfaste sur le développement des enfants et la jouissance des droits pour enfants et sur ​​la vie familiale dans les Etats qui ont interdit tous les châtiments corporels à la maison, 7. Affirmer qu'il n'y a aucune valeur éducative positive dans les châtiments corporels des enfants et que cela est confirmé grâce à de nombreuses études empiriques, 8. Réfuter dans les termes les plus forts possibles toute banalisation des actes de violence contre les enfants, qu'ils soient physiques, émotionnel ou de nature sexuelle, et toute la défense des châtiments corporels tels que «tapping», «fessée», «fessée» ou "slapping", qui violent les droits de l'enfant, porter atteinte à l' estime de soi de l'enfant et entrave pour enfants relations avec les parents et les autres adultes
+++++++++++
à comparer avec l'article 222-13 du code pénal
+++++++++
1° Sur un mineur de quinze ans ;

Les peines encourues sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 euros d'amende lorsque l'infraction définie au premier alinéa est commise sur un mineur de quinze ans par un ascendant légitime, naturel ou adoptif ou par toute autre personne ayant autorité sur le mineur.

Yanick Toutain 15/06/2016 12:36

Ce lien vous donne une TRADUCTION approximative
https://translate.google.fr/translate?sl=en&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=http%3A%2F%2Fdata.over-blog-kiwi.com%2F0%2F95%2F32%2F42%2F20160603%2Fob_2daa22_resolution-of-the-vienna-conference.pdf&edit-text=

Yanick Toutain 15/06/2016 12:34

C'est ABSURDE
la loi EXISTE , elle est parfaitement claire
VIOLENCES à enfants 3 ans de prison si elles sont LEGERES
ET si ce sont des PARENTS qui FRAPPENT c'est 5 ans de prison

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070719&idArticle=LEGIARTI000006417637
Article 222-13
Modifié par LOI n°2016-444 du 13 avril 2016 - art. 11
Les violences ayant entraîné une incapacité de travail inférieure ou égale à huit jours ou n'ayant entraîné aucune incapacité de travail sont punies de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende lorsqu'elles sont commises :

1° Sur un mineur de quinze ans ;
Les peines encourues sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 euros d'amende lorsque l'infraction définie au premier alinéa est commise sur un mineur de quinze ans par un ascendant légitime, naturel ou adoptif ou par toute autre personne ayant autorité sur le mineur.

Laurence Rossignol n'est qu'une HYPOCRITE parfaitement informée de l'USAGE de la violence sur ses enfants de 5 ans par Belkacem et RESPECTE l'OMERTA
https://www.youtube.com/watch?v=hG70PoxXJ0g

julie 04/06/2016 21:52

Et bien merci pour l'info car on peut dire que ca passe inaperçu dans les médias...

Cars 03/06/2016 19:12

C'est encourageant !