Après "j'en suis pas mort", c'est au tour de "la génération de petits cons"...

Publié le 4 Juillet 2016

Depuis que les divers médias ont relayé l'information sur le vote de l'amendement contre les violences faites aux enfants, le "débat" est relancé dans moults conversations. Je pense qu'il ne devrait même pas y avoir débat, qu'on ne devrait même pas avoir à choisir entre défendre ou s'insurger contre les violences. Mais il faut croire qu'à l'heure actuelle en France, dans le pays des droits de l'homme, la population est divisée en deux: il y a ceux qui sont contre et ceux qui sont pour (ou en tout cas qui ne sont pas contre...). Pour les violences, pour les châtimens, pour la fessée, pour l'humiliation.

 
Afin de me préserver je ne me suis pas attardée sur tous les commentaires de tous les articles publiés. De toute façon c'est toujours la même chose qui revient.
 
En tête du hit-parade des arguments donnés on retrouve le fameux "J'ai pris des fessées et je n'en suis pas mort". Je détaillais précedemment dans un autre billet ce que je pensais de cette phrase, le fait que selon moi ce soit une démonstration par l'absurde, que l'on est sensé avoir plus d'ambition pour son enfant que le simple fait de ne pas le laisser mourir, que ces personnes ne sont sans doute pas mortes de fessées, mais une partie d'elles est morte. Elle se trouve dans leur coeur. Elles ne sont pas pas mortes. Mais leur humanisme et leur empathie le sont.
 
En seconde position de ce terrible classement, nous pouvons voir que certains font appel à ce qu'ils connaissent (ou pensent connaître) du système nordique, en particulier le système suédois. Le 20 Février 2014, un article de Nadia Daam paru dans Slate avait fait grand bruit: "La Suède est-elle en train de créer une génération de petits cons?". Vous pouvez le découvrir ici (je mets le lien même si cela me coûte de donner de la visibilité à ces mots). Une bloggeuse a écrit un billet reprenant les arguments et les démontant les uns après les autres, afin de prouver que ce qui est dit ne tient pas. D'autre part, il faut savoir que quelques mois plus tard, la même auteure de cet article sur la génération de petits cons, Nadia Daam, écrivait un plaidoyer contre la fessée, toujours dans cette même tribune. En bref, un retournement de veste. Et le clou du spectacle, on le retrouve dans cette émission tournée et diffusée en 2015, soit un an plus tard... dans laquelle Nadia Daam fait le plaidoyer du système suédois!

Loin de moi l'idée d'ériger le système Suédois en modèle unique à suivre. Je voulais simplement ici montrer que cet argument n'est selon moi plus fondé.

En résumé, à ceux qui utilisent cet "argument" de la génération de petits cons, je les invite donc à se rendre compte que Nadia Daam est revenue sur ses propos... et je les invite plutôt à visionner le film de Marion Cuerq "Si j'aurai su je serai né en Suède". Retrouvez la bande annonce ici, et le film en version complète sur le site de l'OVEO.

 

PS: Marion Cuerq est en pleine préparation du second volet: "Si j'aurai su je serai né en Suède - la suite".

N'hésitez pas à me rejoindre sur Facebook, Twitter, et Instagram.

Crédit Photo: Nathalie Boyaval (https://arthalie.wordpress.com/page/21/)

Crédit Photo: Nathalie Boyaval (https://arthalie.wordpress.com/page/21/)

Rédigé par Maman Chameau

Publié dans #Bienveillance - ENV, #StopVEO

Commenter cet article

Bob 09/07/2016 21:39

Il faudrait qu'on lance une pétition pour que l'article soit retiré de Slate. C'est à se demander pourquoi il circule encore ce torchon...

Margot S 07/07/2016 21:58

Merci. Je me garde les références sous la main.