[Humeur] Quand la culpabilité au sujet des places dans la fratrie et de ce que je peux éprouver est un véritable tsunami

Publié le 16 Mars 2017

A la naissance de mon deuxième enfant j'ai dû apprendre à composer, à partager mon temps. Mais cela va bien au-delà d'une simple équation mathématique.

On le sait, ce n'est pas un scoop, la place de l'enfant dans la fratrie est déterminante sur de nombreux points.

Lorsque j'ai eu mon premier enfant, tout était découverte. Emerveillement. Extase. Guimauve à souhait. Puis je suis tombée enceinte de ma fille cadette. Je n'ai pas pris le temps de me projeter dans ma grossesse et je ne me suis pas connectée à cette enfant qui grandissait en moi. Mon corps m'a bien envoyé quelques petites alertes afin de stopper le rythme de vie effréné afin de profiter, me poser. Je n'ai pas écouté. Bilan des courses, Mini-AVC à 5 mois de grossesse, MAP (Menace d'Accouchement Prématuré) à 6 mois de grossesse avec arrêt de travail définitif. J'ai pleuré. Je n'ai rien vu venir. Première vague de culpabilité.

J'ai alors commencé ma préparation à l'accouchement, dont une partie se faisait en piscine. J'étais enceinte de 7.5 mois. La sage-femme a alors proposé un temps calme afin que nous nous puissions nous  connecter à notre bébé. En 7.5 mois de grossesse, je ne l'avais JAMAIS fait. Je n'avais jamais pris ce temps long, à toucher mon ventre, à parler à mon bébé. J'ai pleuré. Deuxième vague de culpabilité.

Pourtant ma cadette était désirée plus que tout. Nous avions, comme pour son frère, attendu des mois (qui m'avaient paru interminables) que son âme nous choisisse et que cette petite vie s'installe au creux de mon ventre et de notre cœur. Mais pendant tout ce temps, nous nous posions beaucoup de questions sur mon aîné. Comment allait-t-il vivre la grossesse? Comment fallait-il faire pour le préparer au mieux à l'arrivée du bébé? Comment gérer afin qu'il ne se sente pas exclu? Nous nous posions aussi beaucoup de questions sur nous. Comment serait-il possible d'aimer autant ce deuxième enfant, le premier prenant déjà toute la place? Je m'en voulais de me poser ces questions. Comment, moi, une mère, pouvais-je envisager la notion d'amour selon un partage voire pire, un dosage? Troisième vague de culpabilité.

Dans un élan rétrospectif sur ses premiers mois de vie et sur ma grossesse, je me suis rendue compte qu'il n'y avait pas toujours cette magie qui avait entouré ce que nous avions partagé concernant mon aîné. L'annonce de la grossesse a été émouvante certes, mais il manquait un petit quelque chose. Les échographies et tout ce qui tourne autour également. Mon mari me disait : "C'est normal, c'est parce qu'on connaît. Nous n'avons plus ce sentiment de découverte". Peut-être. Sans doute même. Mais cela ne me satisfaisait pas. Je crois que nous avons été moins émerveillés devant toutes ses premières fois. Les premiers "areuh", les premiers sourires, les premiers pas, les premiers mots. Il y des étapes que je suis parfaitement capable de dater pour mon fils aîné.... et j'en suis incapable pour ma fille cadette. Cela m'a beaucoup angoissé. Quatrième vague de culpabilité.

Et puis il y a les photos. Mon aîné a une base de données de photos classées mois par mois et richement complétée. Pour ma cadette c'est le freestyle. Il y a des photos d'elles classées un peu partout dans divers dossiers de mon ordinateur. Cinquième vague de culpabilité.

Mais c'est quoi cette faille temporelle qui accélère le ressenti du temps lorsque le second enfant vient au Monde? Il va falloir composer sans la DeLorean...

Bref, je pourrai continuer longtemps cette liste de vagues de culpabilités, qui, mises bout à bout, mènent à un tsunami. A une vraie tempête émotionnelle. Mais je souhaite avancer. Et sereinement.

Est-ce finalement si grave que les photos de ma fille ne soient pas classées? Après tout, des photos, il y en a. Et on a surtout des souvenirs pleins la tête.

Est-ce si grave si je ne me souviens plus de la date exacte de son premier sourire? Après tout, tous les instants importants restent gravés dans nos têtes et dans nos cœurs.

Est-ce si grave si je n'ai pas toujours géré comme je l'aurais souhaité? Après tout, nous ne sommes pas la famille Ricoré. Je me suis mis la pression. J'ai quelque part aussi subi la pression implicite mise par la société en général. Mais j'ai appris à lâcher prise. J'ai priorisé. J'ai donné quelques petits pots bio tous prêts lorsque j'avais le sentiment de ne pas y arriver. Je suis passée aux couches jetables écologiques lorsque je me sentais un peu dépassée avec les couches lavables. Et cela, c'est grâce à ma cadette. Elle m'a vraiment permis d'amorcer un travail introspectif sur moi-même, sur mon besoin permanent d'hyper-contrôle.

Est-ce si grave si, à un moment j'ai douté de la quantité d'amour que j'allais pouvoir offrir à ce second enfant? Après tout, se poser des questions, c'est la base du parentage. Et j'ai appris que ce n'est pas tant la quantité qui compte que la qualité. Tout comme le temps. "L'amour ne se divise pas, il se multiplie" est une phrase que je me répétais inlassablement durant ma seconde grossesse. Avec le recul, je nuancerai... Je résonnerai plus en terme qualitatif que quantitatif. Clairement, aujourd'hui je sais que l'égalité parfaite entre les deux enfants est impossible. On ne peut être présent autant pour l'un que pour l'autre. Mais nous sommes tous aptes à trouver l'équilibre. J'ai confiance. Mes enfants, je les aime tous les deux. Chacun dans leurs différences et leurs particularités.

Et pourquoi résonner en termes de manques et de vides? Car être le cadet c'est aussi avoir ce qu'un aîné n'aura jamais : un Grand Frère ou une Grande Sœur qui fait rire son Frère ou sa Sœur comme nulle autre personne ne sait le faire.

Au sein d'une fratrie, chaque place présente des atouts et chaque rang expose les parents à des difficultés particulières. La culpabilité de ne pas avoir fait "pareil" pour le second que pour le premier est là. Une chose est sûre toutefois. Malgré tout ce que j'ai pu lister aujourd'hui, je sais que je n'étais pas la même maman à la naissance de mon aîné et à la naissance de ma cadette. Entre temps j'ai cheminé. Entre-temps j'ai pu acquérir quelques certitudes. Entre-temps l'expérience s'est installée. Avec mon aîné j'ai tout découvert. Avec ma cadette je me perfectionne. Mais pas trop quand même... je n'ai pas envie d'être une "mère parfaite", je veux juste être moi.... et parfois avoir plusieurs bras comme Shiva! ;-)

[Humeur] Quand la culpabilité au sujet des places dans la fratrie et de ce que je peux éprouver est un véritable tsunami

N'hésitez pas à me rejoindre sur Facebook, Twitter, et Instagram.

Rédigé par Maman Chameau

Publié dans #Inclassable

Commenter cet article

cc64 20/03/2017 09:41

Merci pour cet article qui retranscrit mes craintes et ma cupabilité d'avoir un nouvel enfant. Oui biensur cela viendra, mais effectivement, je veux composer et faire mon cheminement en se dégageant de la pression environnemental du second enfant à tout prix. Des mots justes.

Sara 19/03/2017 09:06

Merci pour ce merveilleux article qui m'a fait pleuré! J'ai fait beaucoup d'erreurs pour mon premier c'est vrai. C'était le plus difficile des trois. Aujourd'hui Il nous apporte tant de joies...ca compense toutes ces premières années où je me sentais impuissante face à ces pleurs incessants et ces crises qui n'en finissaient pas...le 2 eme est venu et la troisième aussi. Aujourd'hui je peux dire que c'est toujours le même dilemme de trouver le bon équilibre au sein de notre famille et que les moments de qualité partagés avec eux, c'est le plus important. Merci de m'avoir permis de réaliser à quel point la fraterie c'était important parce qu'on est souvent focalisé que sur notre rôle de parents...

Gwen 17/03/2017 23:14

Merci pour ce très bel article
Il m'arrive aussi souvent de me sentir coupable de notre peu de disponibilité pour notre N°2, d'autant que la crise des trois ans du Numéro Un nous a par exemple bien accaparés ces derniers mois.
Mais je relativise aussi
- 1. comme tu le dis si bien, N°2 a quelque chose d'inestimable que N°1 n'aura jamais: un grand frère. Et quand nous voyons par exemple à quelle rapidité elle apprend à parler sous la houlette d'un répétiteur inlassable... nous mesurons à quel point elle bénéficie en fait de davantage d'attention que son frère au même age, tout simplement parce que celui-ci est en mesure de lui donner bien plus d'attention que nous n'avons été capable de lui en donner à l'époque !
- 2. un premier, ça essuie les plâtres. C'est pas mal ce qui s'est passé pour cette fameuse crise des trois ans de notre aîné : il nous a fallu trouver notre chemin, et nous avons tâtonné, beaucoup, erré, pas mal... dans "erré", il y a erreurs. Nous sommes à présent bien plus sereins et cela s'en ressent aussi sur notre manière de gérer la N°2 et les quelques soucis éventuels de ses 22 mois. L'aîné a eu une mère très dévouée, certes, mais débutante. Le second a une mère beaucoup moins disponible, certes, mais ô combien plus chevronnée et efficace !

Gwen 17/03/2017 23:07

Très très bel article, merci !
Je culpabilise aussi régulièrement de tout ce temps que notre n°2 n'a pas : au même âge nous étions focalisés sur son frère, et maintenant... celui-ci nous occupe encore beaucoup car c'est notre première crise des 3 ans !
Et en même temps, je finis toujours par réussir à relativiser
- comme tu le dis, n°2 a quelque chose d'inestimable que n°1 n'a pas : un grand frère. Quand nous voyons à quelle vitesse elle apprend à parler, et le rôle de répétiteur (inlassable) du Grand dans cet apprentissage... elle a peut-être moins d'attention de notre part, mais à l'arrivée elle a plus d'attention puisque son grand frère lui en donne bien plus que tout ce que nous lui avons donné à lui !
- et justement, crise des trois ans : un aîné, ça essuie les plâtres. Avec notre grand, toute cette année nous avons tâtonné, et qui dit tâtonnements, dit erreurs parfois assez grosses. Nous les mesurons d'autant mieux que ça y est, nous nous sentons maintenant plus solides et sereins dans la voie finalement choisie. Et du coup, quelle sérénité face aux petits soucis que notre N°2 et ses 22 mois nous causent. N°1 a eu une mère débutante et toute dévouée, N°2 a une mère certes moins disponible, mais ô combien plus chevronnée...

Bon cheminement !

nuage-de-chocolat 16/03/2017 23:19

Quel article emouvant! Pour l instant je suis maman d un petit tom il a 9 mois. J aimerais en avoir un deuxième mais je me pose ttes ces questions, comment pourrais je donner autant d energie et de temps a ce bebe qu a tom vu mon emploi du temps chargé ? J ai peur de priver l un ou l autre de mon temps, de bacler les choses , les moments. ..

carofashion 16/03/2017 21:53

que c'est dur de lire tt cette culpabilité... et pourtant ca a été pratiquement pareil pr moi.je reconnais une bonne partie de ton ressenti, pour la grossesse de mon second garçon ... il a eu tout : du stress, des cris, de la fatigue pdt sa vie in utero ... demenagement, achat, vente immobilière, passage au pot pr l'ainé, bref rien de serein ... sauf qd je me l'imposai et q je m'occupais de ce corps qui grandissait en moi. et je ne te parle pas du père qui lui aussi était submergé...heureusement on se rattrape (il a bientot un an). mention spéciale pr les photos : bcp moins évidemment hélas, même le pt carnet des progrès est moins fourni. mais l'amour est tt aussi fort!! ouffff

Sev 16/03/2017 11:03

Article très émouvant. Je me retrouve bien également dans cet article! plein de questions sur le comment préparer l'ainée à l'arrivée de sa petite sœur ? comment ne pas la perturber ? j'ai pris conscience de cette nouvelle vie qui arrivait que très tard... trop tard. Quelle claque et quels regrets désespérés quand cette petite demoiselle nous a quitté le jour de sa naissance ! :-(
Mais j'ai appris de cette culpabilité, de ce manque terrible, pour profiter à fond (même avec l'angoisse) de mes 2 grossesses suivantes, de mes 2 petits boys ! se poser des questions c'est effectivement comme cela qu'on devient des parents... mais il faut apprendre à se faire confiance et à profiter de chaque instant. Chaque enfant à sa place , avec ses petits "moins" mais surtout ses grands plus , son histoire, sa personnalité ! et moi je suis carrément fan de mes 3 loulous aux personnalité bien différentes ! Bonne continuation <3

Carine 16/03/2017 10:57

Merci

Aurélie Romain 16/03/2017 07:07

Quel super article. Je me retrouve totalement dans ce que tu dis. La culpabilité. La grossesse compliquée, par un rythme effréné. Alitée finalement je ne pouvais m'occuper ni de la maison ni de mon aîné. Je culpabilise encore. Quand ils sont malades. Je garde mon fils aîné. Quand elle est malade je les prends les deux. J'ai culpabilisé. J'essaie de ne prendre des moments qu'avec elle, mais lui pleur et il me fait trop de peine. Il est fusionnel avec moi, ce que sa soeur ne réclame pas... comme tu dis. A nous parent de trouver le bon equilibre car je l'aime plus que tout mon petit trésor d'amour. Merci en tout cas. Je me sens moins seule... les photos, les souvenirs... ce n'est pas tres grave. Encore merci.

Toune 16/03/2017 07:05

C'est fou je pense à la fois pareil et totalement différemment. Pour ma fille aînée j'ai tout pris à la légère c'était mon premier, ma découverte, je ne voulais pas me mettre la pression j'avais déjà bavé à la grossesse, à l'accouchement, raté mon allaitement en me rassurant comme je pouvais je faisais au mieux, je découvrais, j'avais un petit cahier pour tout noté et puis il est resté vide. J'ai juste vécue ce moment présent maintenant avec le recul je regrette de ne pas avoir faut plus pour elle.
J'ai déjà la pression sur l'allaitement du deuxième, la grossesse est mieux, je lui parle tout le temps je prends soins de moi je fais du sport doux je vais faire la prepa en somme tout ce qui m'a été impossible à la première.
Même mon accouchement sera en césarienne et peogrammée vu le cauchemar de la première, 6 mois de stress ce sont envolés hier quand l'ancien gyneco que j'ai eu pour ma fille m'a dit que je pouvais choisir on ne pouvais dessement pas me l'imposé. Quel soulagement. Je vais finir ma grossesse sereine et heureuse.
J'espère juste ne pas être trop concentré sur lui et moins sur elle, on a prit les devant pour cela. Et puis il y a papa aussi. Lors de la petite enfance on a des affinités avec nos parents et cela évolue aussi. Les liens changent en grandissant.