C'est pour un enfant de quel âge?

Publié le 13 Mai 2017

"Que faire avec un enfant de x âge?", "Cette activité est recommandée pour un enfant de quel âge?", "Tu penses que ce livre convient pour un enfant de quel âge?"... Voici quelques questions que l'on me pose régulièrement. Loin de moi l'idée de jeter la pierre car ce sont des questions que j'ai pu poser. J'avais déjà évoqué la question précédemment. Mais aujourd'hui je voudrais attirer l'attention sur un mot. Ou plutôt un verbe.

OBSERVER.

Ce n'est pas parce que le-dernier-livre-d'activités-Montessori-à-la-mode indique un âge précis, que cela va correspondre à tous les enfants.

Ce n'est pas parce qu'une maman-bloggeuse-partageuse-de-bonnes-idées propose une activité à son enfant d"un âge donné que cela va correspondre à tous les enfants de cet âge.

Ce n'est pas parce qu'un éditeur jeunesse indique une tranche d'âge pour son dernier opus que l'ouvrage va convenir à toute la classe d'âge ciblée.

Une activité, un jeu, un livre... ou quoique ce soit d'autre... ne vont pas intéresser tous les enfants du même âge au même moment (c'est bien ce que je reproche - de l'intérieur - au système scolaire actuel... mais c'est un autre sujet). On le répète assez souvent, chaque enfant a son rythme. C'est valable pour les étapes liées à l'acquisition de la marche ou de la continence, pour l'apprentissage du langage, pour les poussées dentaires.... et c'est aussi valable pour tout le reste. Jeux, jouets, livres, occupations!

OBSERVER.

C'est bien joli, mais on fait comment pour observer son enfant?

Il y a l'enfant et il y a l'encadrant...

Je pense que pour être dans une démarche pleinement contemplative d'observation de son enfant, il est sans doute nécessaire de prendre le temps de s'observer soi-même. Une petite introspection et un coup d'œil rapide sur ses propres projections en tant que parent ou éducateur d'enfant ne font pas de mal. Si je commence par là c'est parce que je pense (enfin je suis même sûre) qu'à un moment donné on peut "se perdre", en particulier dans la jungle que sont les différents blogs et autres réseaux sociaux. Par exemple, il y a quelques années je pensais inconsciemment que mon enfant se devait d'avoir la super-tour-rose-Montessori. Je l'ai achetée, j'ai envoyé un texto aux copines toute contente. Et voilà... Elle n'a jamais attiré mon enfant, malgré tout ce que j'essayais de mettre en place pour faire comme dans les livres. Et c'est valable pour tout. Parfois on trouve une super-chouette-activité-qui-déchire sur un blog, Instagram, Pinterest et consorts..., on peut s'empresser de la proposer à son enfant et c'est un échec. Sur le blog il m'arrive d'avoir des retours de parents en ce sens. Et c'est bien normal si ladite activité a été proposée sans tenir compte de l'enfant. Peut-être que parfois il suffirait simplement que l'adulte se détache de ses propres souhaits/envies/aspirations/projections (rayez la mention inutile).

Que tout le monde se rassure, je ne vais pas donner un cours d'observation, l'idée n'est pas de dire comment on apprend à observer son enfant. Je pense que chacun a les ressources en lui. Pour ma part j'essaie de ne pas (sur)interpréter ce qui m'est donné à voir. Et c'est loin d'être facile. Rester factuel en somme. Dans les pédagogies actives l'observation de l'enfant a un rôle central. Tout part de là. C'est la pierre angulaire de tout le système. Ainsi, dans la pédagogie Montessori par exemple, cela permet d'identifier ce que Maria Montessori appelle les différentes périodes sensibles chez l'enfant (autrement dit, sa sensibilité particulière qu'il peut avoir concernant un aspect de son environnement alors nécessaire à son développement).

Finalement c'est l'enfant qui choisit. "Ce sont des prédispositions intérieures, des sensibilités particulières et passagères, qui poussent l'enfant à se tourner vers un aspect de son environnement qui est, à ce moment-là, nécessaire à son développement et qui correspond à une étape de sa croissance. L'enfant fait ainsi des choix dans son environnement: très sensible à certaines activités et insensibles à d'autres. Il choisit spontanément ce qui, au stade où il en est de son développement, lui permet de le poursuivre en se construisant mentalement." (Charlotte Poussin, Apprends-moi à faire seul, p. 38). La notion de choix est donc centrale. Mais le choix de l'enfant, pas de l'adulte!

Pour essayer d'être pragmatique, que cela concerne un jouet, un livre ou une activité quelle qu'elle puisse être, il s'agit de se centrer sur l'enfant. Qu'aime-t-il en ce moment? Qu'est ce qui l'attire? ... mais sans jamais dépasser ses besoins. A trop vouloir bien faire on peut toucher du doigt le risque parfois d'aller au-delà de ce dont notre enfant a vraiment envie.

Mais soyons clairs, les flops existent et ils existeront toujours. Quand on élève un enfant et qu'on fait jaillir sa lumière de l'intérieur, on est en contact avec de l'humain et toute la diversité que cela représente. Personnellement je ne suis que modeste bloggeuse, simple maman, humble enseignante, je ne suis pas experte en enfants. Tous les enfants je veux dire. Car finalement je tente de me perfectionner dans l'expertise de mes propres enfants, et ça, croyez-moi ca mérite un job à plein temps. La personne la plus à même de répondre aux questions posées en début de billet reste le parent. Faites-vous confiance.

CONFIANCE.

"Sachez que chaque bébé est unique. Ce qui marche pour l'un ne marchera pas pour l'autre, même s'il s'agit de son frère ou de sa sœur. Méfiez-vous des méthodes toutes faites et regardez votre enfant. C'est lui qui à chaque instant de sa vie vous dira ce qu'il lui faut. Il y a encore des parents pour croire que le bébé naît sans mode d'emploi : c'est faux! Le mode d'emploi, c'est lui-même: suivez-le donc à la lettre." (Rosa Jové)

N'hésitez pas à me rejoindre sur Facebook, Twitter, et Instagram.

Rédigé par Maman Chameau

Publié dans #Inclassable, #Humeurs

Commenter cet article

THEODORE 13/05/2017 10:16

Merci pour cet article très interressant et vrai. Les "codes" peuvent d'ailleurs déstabiliser les enfants, et il est bien dommage que l'âge de l'enfant soit toujours indiqué sur les boites, les activités etc. ici j'ai un petit bout de 5 ans, passionné, en ce moment,(entre autre) par la suite numérique jusqu'à 100, il adore les livres d'activités "relier les points". Sur le livre c'est écrit 7 ans, il me dit "mais, je ne peux pas le faire, j'ai pas 7 ans!"...Je lui ai répondu que c'était pour tous les enfants qui avait envie de le faire, mais ça a été difficile pour lui de comprendre qu'il avait le droit de la faire! :O