Un poème inspirant sur la communication non-violente et l'écoute (des autres et de soi)...

Publié le 17 Mai 2016

Aujourd'hui je vous partage un poème de Jacques Salomé, que j'aime beaucoup. Il est très inspirant et sa lecture me permet (très) souvent de me remettre doucement à ma place et de me remettre en question.

Quand je te demande de m'écouter

"Quand je te demande de m’écouter et que tu commences à me donner des conseils, je ne me sens pas entendu.

Quand je te demande de m’écouter et que tu me poses des questions, quand tu argumentes, quand tu tentes de m’expliquer ce que je ressens ou devrais pas ressentir, je me sens agressé.

Quand je te demande de m’écouter et que tu t’empares de ce que je dis pour tenter de résoudre ce que tu crois être mon problème, aussi étrange que cela puisse paraître, je me sens encore plus en perdition.

Quand je te demande ton écoute, je te demande d’être là, au présent, dans cet instant si fragile où je me cherche dans une parole parfois maladroite, inquiétante, injuste ou chaotique. J’ai besoin de ton oreille, de ta tolérance, de ta patience pour me dire au plus difficile ou au plus léger.

Oui simplement m’écouter… sans excusation ou accusation, sans dépossession de ma parole.

Écoute, écoute-moi. Tout ce que je te demande c’est de m’écouter. Au plus proche de moi. Simplement accueillir ce que je tente de te dire, ce que j’essaie de me dire. Ne m’interromps pas dans mon murmure, n’ai pas peur de mes tâtonnements ou de mes imprécations. Mes contradictions comme mes accusations, aussi injustes soient-elles, sont importantes pour moi.

Par ton écoute je tente de dire ma différence, j’essaie de me faire entendre surtout de moi-même. J’accède ainsi à une parole propre, celle dont j’ai longtemps été dépossédé.

Oh non je n’ai pas besoin de conseils. Je peux agir par moi-même et aussi me tromper. Je ne suis pas impuissant, parfois démuni, découragé, hésitant, pas toujours impotent.

Si tu veux faire pour moi, tu contribues à ma peur, tu accentues mon inadéquation et peux être renforce ma dépendance.

Quand je me sens écouté, je peux enfin m’entendre.

Quand je me sens écouté, je peux rentrer en reliance. Établir des ponts, des passerelles incertaines entre mon histoire et mes histoires. Relier des événements, des situations, des rencontres ou des émotions pour en faire la trame de mes interrogations. Pour tisser ainsi l’écoute de ma vie.

Oui ton écoute est passionnante. S’il te plaît écoute et entends-moi.

Et si tu veux parler à ton tour, attends juste un instant que je puisse terminer et je t’écouterai à mon tour, mieux, surtout si je me suis senti entendu."

Jacques Salomé

Ce poème me fait beaucoup penser à cette citation que Bernard Werber reprend souvent:

Un poème inspirant sur la communication non-violente et l'écoute (des autres et de soi)...

Vous partager ce poème m'a (re)donné envie de (re)lire le père de la CNV, j'ai nommé Marshall Rosenberg.

N'hésitez pas à me rejoindre sur Facebook.

Rédigé par Maman Chameau

Publié dans #Bienveillance - ENV

Commenter cet article

josfany 18/05/2016 17:27

Je relis ce beau poème si vrai qui tombe juste à point en cette journée. Il y a parfois des personnes qui entendent tes paroles pas comme toi tu voulais qu'elles le fassent et parfois cela crée des situations très ambigües et la vie devient triste à en mourir ( prendre les petits enfants en otage et laisser des grands parents seuls et désespérés ). Merci Soline

Aimé 18/05/2016 07:50

J'aime beaucoup aussi

Clairette 17/05/2016 22:18

C'est vraiment un poème qui fait réfléchir. Sur soi, sur ses besoins, sur les autres, sur leurs besoins, sur la relation entre soi et les autres. Merci Soline pour cet article. Et en prime j'adore Bernard Werber

Ouioui 17/05/2016 21:59

J'ai besoin de ce texte souvent alors je me le garde sous le coude

Chacha 17/05/2016 21:35

Merci pour cette découverte du jour! Je ne connaissais pas ce texte et il me parle profondément, tout comme à toi.